2/3 des Canadiens ont mal ciblé l’âge de leur retraite

Le choix de la date de départ en retraite n'est pas aussi évident qu'on pourrait le croire. Une nouvelle étude menée par la Financière Sun Life, auprès de 2 799 personnes, montre que les Canadiens ne quittent pas leur travail comme ils le planifient. Principale raison de ce changement de programme : leur état de santé.

 

69% des Canadiens retraités n'ont pas arrêté de travailler à la date qu'ils avaient prévue. Parmi eux, 41% ont dû cesser leur activité avant l'âge qu'ils s'étaient fixé à cause de leur état de santé. Les répondants ont par ailleurs été 45% à avoir connu un problème de santé grave ou un accident, au cours de leur vie. Une situation qui a eu pour 42% d'entre eux des répercussions sur leurs finances personnelles. 25% ont même été confrontés à une diminution partielle ou totale de leur épargne.

 

La santé, une préoccupation importante mais peu anticipée

 

82% des Canadiens ayant recours aux services d'un conseiller financier pensent pouvoir assumer leurs frais médicaux à leur retraite, contre 66% gérant seuls leurs finances. Et bien qu'ils considèrent que la dégradation de leur santé constitue une préoccupation importante au fil du temps, ils ne sont que 22% à avoir épargné de l'argent ou à avoir prévu un moyen de couvrir les dépenses de santé pendant leur retraite. Les répondants de l'enquête sont ainsi 53% à avoir déclaré s'inquiéter du coût des médicaments et traitements médicaux à la retraite. 47% ont peur de devoir rester dans un établissement de soins de longue durée plus de temps qu'ils ne pourraient financièrement se le permettre. Et 45% craignent d'épuiser de leur vivant leur épargne-retraite.

 

L'argent, principale source d'anxiété

 

La santé n'est pas l'unique source de préoccupation des Canadiens. En effet, 23% ont déclaré avoir été touchés par un problème de santé mentale. Le poids du stress demeure trop important avec 76% des répondants se disant soumis à au moins une source de stress excessif. La principale cause ? L'argent, les trois premiers facteurs énoncés étant : les finances personnelles et celles du foyer (41%), l'idée de devoir respecter un budget (31%) et les dépenses imprévues (30%). Suivent les relations personnelles (29%), la vie au travail (25%) et les problèmes de santé (25%).

 

À la lumière des résultats de cette étude, Robert Dumas, nouveau président de la Financière Sun Life Québec, encourage les Canadiens à adopter une démarche pour gérer leurs finances. Il a, à ce titre, souligné que les gens faisant appel à un professionnel pour les conseiller sont plus susceptibles de finir leur carrière comme prévu, c'est-à-dire 40% contre 25% pour ceux qui ne le font pas.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#