L’âge : un facteur discriminant dans les entreprises canadiennes

Aujourd’hui encore, les ainés sont discriminés du fait de leur âge dans la sphère professionnelle. C’est le constat fait par l’étude « Second souffle : le caractère évolutif de la retraite », réalisée auprès de 5 230 Canadiens.

 

Le récent sondage « Second souffle : le caractère évolutif de la retraite » effectué en ligne et commandité par Ceridian et CARP, révèle que 57% des salariés âgés souhaitent rester en poste, à certaines conditions. Mais les choses ne leur sont pas facilitées par les entreprises canadiennes qui peinent à favoriser leur maintien dans l’emploi. Pour Ross Mayot, vice-président directeur général de l’association CARP qui milite pour l’emploi des seniors, c’est là le signe manifeste d’une discrimination du fait de l’âge. « Cette discrimination à l’encontre des travailleurs âgés existe bel et bien, même si nous pensons avoir parcouru du chemin sur ce terrain-là, explique-t-il. Les seniors souffrent d’une idée reçue selon laquelle ils sont trop vieux pour se tenir au courant et qu’ils coûtent plus à l’entreprise qu’ils ne lui rapportent. »

Des présomptions, rien de plus comme le croit Ross Mayot : « les employeurs doivent prendre conscience que l’âge d’un aîné ne définit en aucune manière son potentiel, ne nie pas sa volonté d’apprendre ou de s’adapter, et ne signifie pas nécessairement une augmentation du coût des avantages sociaux ». Selon lui, il est grand temps que les employeurs prennent les mesures nécessaires pour que les seniors restent motivés, productifs et en bonne santé, afin de pérenniser une culture professionnelle positive et la réussite de l’entreprise.

 

Favoriser le bien-être

 

D’après le sondage, pour fidéliser les ainés et maintenir leur compétitivité, les employeurs canadiens doivent être prêts à répondre à leurs préoccupations majeures soit le bien-être et la santé, et adapter leur stratégie en ce sens. L’extension de l’offre des prestations sociales au delà de l’âge de la retraite est un premier pas voulu par 48% des personnes interrogées. Les Programmes d'Aide aux Employés (PAE) en est un autre, toujours selon l’étude.

« Ces programmes peuvent rassurer les travailleurs d’âge mûr, qui demeurent préoccupés par la détérioration de leur santé et par l’épuisement des économies d’une vie », commente Estelle Morrison, vice-présidente des services cliniques et mieux-être de Ceridian. Elle ajoute : « grâce aux PAE, les employés et leur famille bénéficient d’un accès privilégié à des ressources, des conseils d’expert et aux outils pouvant les aider à rester en forme, tant sur le plan physique que mental, et à assurer leur sécurité financière ».

 

Plus de flexibilité

 

L’étude démontre aussi que les aînés souhaitent plus de souplesse au niveau de leur temps de travail. D’autant que nombreux sont ceux auxquels les horaires traditionnels de cinq jours par semaine de 9h à 17h ne peuvent s’appliquer. Une situation qui touche une partie de ceux qui travaillent au delà de l’âge de la retraite. De ce fait, 46% des seniors désirent des conditions d’emploi plus flexibles, des horaires variables, et un temps de travail partagé.

Autre souhait formulé par 41% des répondants : celui de la mise en place d’options de retraite progressive, ceci afin de répondre à leur désir d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. La mise en place de programmes de mentorat dans le cadre du travail est également désirée par 29,9% des sondés. Enfin, l’instauration d’un  programme de formation sur les différences générationnelles et celle d’une stratégie visant à enrayer les discriminations liées à l’âge dans le cadre professionnel, est fortement souhaitée par 24,8% d’entre eux.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#