L’indice Monster de l’emploi débarque au Canada

Début février, la société- mère du site de recrutement en ligne Monster, Monster Worldwide, annonçait la création de l’Indice Monster de l’emploi au Canada, un indicateur de la demande de main-d’oeuvre en ligne au Canada. Rikke Wivel, directeur des Communications de Monster.ca, nous explique de quoi il s’agit.

Expliquez-moi brièvement ce qu’est l’indice Monster de l’emploi au Canada?

L’indice Monster de l’emploi au Canada s’appuie sur des millions d’offres d’emploi en ligne compilées à partir du site de Monster Canada (www.monster.ca), ainsi que d’autres sites de recrutement sur Internet considérés comme étant représentatifs de l’activité des employeurs à l’échelle nationale.

Comment est calculé cet indice?

Monster utilise la même méthodologie pour tous ses indices. C’est une méthodologie qui a fait ses preuves et qui fait la corrélation avec les autres indicateurs du marché de l’emploi. L’Indice Monster de l’emploi au Canada mesure chaque mois la demande de main-d’œuvre des employeurs en comptant et en analysant le nombre d’offres d’emploi en ligne diffusées sur les sites de recrutement considérés comme étant représentatifs des activités de recherche des employeurs à l’échelle nationale.

Quand sera-t-il rendu public?

La première évaluation de l’indice a été divulguée le 2 février dernier puis sera publié le troisième jeudi de chaque mois. Ainsi les données de l’Indice Monster de l’Emploi au Canada de janvier 2006 ont été publiées le 16 février dernier.

Comment se positionne cet indice par rapport aux données publiques? Est-il complémentaire?

Statistiques Canada donne, dans le cadre de son enquête sur la population active, des informations sur les mouvements du marché de l’emploi après que ceux-ci se sont produits. Un emploi n’y figure pas tant qu’il n’est pas comblé. En analysant les affichages de postes en ligne, on obtient ainsi un indicateur des postes qui sont à pourvoir. En ce sens, l’Indice Monster de l’emploi au Canada complète les autres indicateurs et fournit davantage d’informations aux observateurs du marché.

Avec l’Indice Monster de l’emploi au Canada, espérez-vous avoir autant de succès qu’avec son homologue américain lancé en 2004?

Jusqu’à présent, l’Indice Monster de l’emploi semble connaître le même succès au Canada qu’aux États-Unis et qu’en Europe. Toutefois, dû à l’absence d’indicateur canadien de la demande de main-d’œuvre de la part d’employeurs en ligne, nous nous attendons à ce que l’impact soit plus grand ici.

Comment voyez-vous la cohabitation avec l’indice Jobboom au Québec ?

Nous partons du principe que tout outil qui fournit de l’information supplémentaire sur le marché de l’emploi canadien constitue un plus pour les observateurs de l’industrie. L’Indice Jobboom se base sur les données de Statistiques Canada alors que l’Indice Monster de l’emploi au Canada est le seul indicateur canadien de la demande de main-d’œuvre de la part d’employeurs en ligne. En effet, en avril 2004, Statistiques Canada a cessé la parution de ses études sur la demande de main-d’œuvre de la part d’employeurs, études qui étaient basées sur des offres apparaissant dans les médias imprimés.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#