Travailler nu : une stratégie payante pour l’entreprise ?

Pendant un mois, les salariés dune PME californienne ont expérimenté le travail dans le plus simple appareil. Cette information qui sest répandue sur la toile comme une trainée de poudre, sest révélée être un poisson davril. Voici pourquoi ce canular a si bien fonctionné.

Le 1er avril dernier, l’agence de communication The Bold Italic implantée à San Francisco a mis en ligne un article intitulé « Ce que notre équipe a appris en travaillant nu pendant un mois ». Si ce canular a bien fonctionné, c’est parce qu’il revêtait toutes les apparences d’un retour d’expérience sur la toute dernière tendance en matière d’organisation des ressources humaines et de culture d’entreprise.

L’auteure du texte factice, Jessica Saia, explique la volonté de l’entreprise de se réapproprier les différentes orientations en matière de gestion de l’humain et d’associer l’open space à la nudité. Pourquoi la nudité ? Car c’est un élément fort de l’identité de San Francisco et l’expression de la coolitude. Dans son texte, elle n’hésite pas à se référer aux « naked Friday », un dispositif à l’image des « casual Friday » mis en place par un psychologue anglais en 2009 dans une entreprise où la crise avait dégradé les relations entre les salariés. En se débarrassant de leurs vêtements, ces derniers étaient sensés se défaire de leurs inhibitions pour se parler de manière plus ouverte.

Dans son faux reportage, Jessica Saia écrit encore que malgré l’absence de mur dans les bureaux, des frontières qui entravent le travail de ses collègues subsistent. Elle poursuit en expliquant que ces derniers obstacles à un environnement de travail perfectionné sont les vêtements. Enfin, instaurer la nudité au travail serait l’aboutissement absolu d’un courant défendant l’open space parce qu’il favorise la circulation de l’information et donc la productivité des salariés.

Pour que l’article soit encore plus crédible au point de piéger les internautes, il a été illustré par une série de photos des employés dénudés de The Bold Italic, prise lors d’une réunion, à leur poste de travail ou encore en pause. Gentside, Atlantico ou encore Virgin Radio ont mordu à l’hameçon, reprenant l’information sur leur site.

Avec la mode des open spaces permettant non seulement d’économiser l’espace mais aussi d’abattre les distances entre les personnes, ou encore celle du coworking qui regroupe les travailleurs indépendants, pas étonnant que ce hoax malicieux ait convaincu tant de personnes. Une fois le poisson d’avril révélé, Jessica Saia a expliqué que la convivialité existante entre les gens pendant le shooting photo était telle, qu’il y aurait peut-être là une expérience intéressante à tenter à condition que l’étrangeté de la situation soit bien vite dépassée… 

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#