« Tout se déroule de façon assez informelle »,Hubert Lavallée, directeur général de Systèmes Énergie TST

« Tout se déroule de façon assez informelle »,
Hubert Lavallée, directeur général de Systèmes Énergies TST

Avec moins d’une vingtaine de collaborateurs au Québec et en Alberta, Systèmes Énergies TST est une compagnie à taille humaine… Et ça ne l’empêche pas de lancer des actions innovantes pour fidéliser ses employés, bien au contraire. Directeur général de cette entreprise spécialisée dans l’efficacité énergétique, Hubert Lavallée expose les différentes mesures mises en place pour favoriser le bien-être des salariés.

Quel type d’actions menez-vous dans le domaine de la santé ?

Il y a quelques années, nos employés nous ont demandé s’ils pouvaient avoir des journées maladie payées. Nous y avons réfléchi, et nous nous sommes dit que nous préférions favoriser la santé plutôt que la maladie. Nous avons mis en place deux mesures dans ce sens. La première, c’est que nos collaborateurs peuvent accumuler des heures pour les consacrer à une problématique privée : prendre soin de leur santé ou de leur famille, aller à un rendez-vous, rester chez eux s’ils ne sont pas assez en forme pour venir au bureau… Le tout sans coupure de salaire.

En quoi consiste la seconde mesure ?

Elle est plus originale : nous sommes partis du principe que si nos employés pouvaient entretenir leur santé, il y aurait moins de problèmes de maladie, et tout le monde y gagnerait. Nous avons donc créé un fonds que nous mettons à leur disposition pour qu’ils puissent participer à une activité physique. Ils ont chacun droit à 300 dollars par an qu’ils utilisent au choix pour s’inscrire à un club d’entraînement, pour intégrer une équipe sportive, ou encore pour s’acheter de l’équipement pour des activités personnelles comme le jogging ou le vélo.

Nous avons hésité entre cette solution et des réductions sur des abonnements à des clubs cardio par exemple, mais cela limitait le type d’activités et nous voulions conserver une certaine flexibilité.

Comment fonctionne ce fonds ?

C’est simple : le salarié le gère en fonction de ses besoins, il suffit qu’il nous envoie une preuve de ses dépenses pour que nous les lui remboursions. Les 300 dollars sont valables de septembre à septembre et ne peuvent pas être reportés sur l’année suivante, car nous voulions garder les choses simples au niveau administratif. Depuis que nous avons mis cette mesure en place, tous nos employés en ont profité d’une manière ou d’une autre. Souvent, les gens ont envie de pratiquer des activités mais ne le font pas faute de budget ou simplement de quelque chose qui leur donne l’impulsion. En mettant cet argent à leur disposition, nous les incitons à en profiter et à se lancer.

Menez-vous d’autres actions pour la fidélisation de vos collaborateurs ?

Nous sommes très sensibles à la problématique de la conciliation entre travail et vie privée. C’est un sujet que j’aborde personnellement avec chaque salarié au cours des entretiens d’évaluation. Nous nous arrangeons pour aménager les horaires de travail en fonction de leurs besoins et pour nous adapter en cas de circonstances exceptionnelles, comme un décès dans la famille. Nous offrons aussi la possibilité de faire du télétravail, par exemple quand un employé se sent suffisamment bien pour travailler, mais pas pour se déplacer.

Par ailleurs, depuis deux ans, nous organisons des retraites stratégiques à l’extérieur du bureau. Elles se déroulent sur deux jours. La dernière a eu lieu en automne dernier. Nous en avons profité pour mener des activités de formation, pour demander à nos collaborateurs ce qu’ils pensaient de la société et de la direction qu’elle devait prendre, mais aussi pour les tenir au courant de ce qui se passe. Nous tenons à être transparents sur nos résultats et notre stratégie.

En quoi vos mesures sont-elles le reflet de votre stratégie d’entreprise ?

La responsabilité sociale et le développement durable font partie intégrante de notre culture. C’est pourquoi nous nous investissons en faveur de la préservation de l’environnement. Nous incitons notamment au recyclage, à l’utilisation des transports en commun et au covoiturage. Par exemple, lorsque nous recrutons un nouveau stagiaire et que nous constatons qu’il demeure dans la même région que d’autres employés, nous les mettons en contact. Comme nous sommes une petite compagnie, de telles mesures sont faciles à mettre en place et tout se déroule de façon assez informelle.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#