Savez-vous intégrer les travailleurs immigrants ?

La diversité culturelle est une force pour tous les employeurs… A condition de savoir la gérer ! Votre compagnie connait-elle les bonnes pratiques en matière d’embauche et d’intégration des travailleurs immigrants ? Savez-vous que certains outils et programmes peuvent vous aider à trouver des candidats étrangers et à les accompagner ? 

Pourquoi embaucher des immigrants ?

D’après un rapport de l’OCDE sur le recrutement des travailleurs immigrés, « Le Canada a la population immigrante la plus instruite ainsi que le programme de migration de la main-d’œuvre le plus ancien et le plus élaboré de tous les pays de l’OCDE. » A l’heure où les compétences dont les entreprises ont besoin se font rares sur le marché, recruter des professionnels venus d’ailleurs devrait s’imposer comme une évidence. D’autant que la diversité présente de nombreux avantages : d’après un sondage EKOS datant de 2012, 95% des employeurs ayant embauché un immigrant qualifié par le passé disent que cela a été bénéfique pour leur entreprise, et les deux tiers pensent que les compétences interculturelles sont importantes pour la réussite de leur entreprise.

Pendant le recrutement

Les différences culturelles commencent dès la recherche de candidats : les coutumes sont différentes en fonction des pays, alors ne vous étonnez pas de recevoir un CV qui n’est pas au format habituel, et ne rejetez pas la candidature pour ça. N’oubliez pas non plus que les diplômes ne sont pas les mêmes partout et renseignez-vous sur les équivalences. 

Vous pouvez entrer en contact avec l’un des nombreux organismes et programmes qui facilitent la mise en relation entre les employeurs à la recherche de compétences et les nouveaux arrivants au Canada à la recherche d’un emploi : BC JobConnect en Colombie-Britannique, Embauche Immigrants Ottawa (EIO) en Ontario, ISANS (Immigrant Services Association of Nova Scotia)… L’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants (IRIPI) vient même de lancer Cohesion35, un nouvel outil qui doit aider à dépasser les « malentendus culturels » dans le processus de recrutement en se concentrant sur sept savoir-être primordiaux dans le travail d’équipe.

Et une fois votre futur employé repéré, n’hésitez pas à l’accompagner dans les démarches : demande de visa, recherche de logement, ouverture d’un compte en banque… Tout ce qui peut l’aider à s’installer et lui prouver qu’en tant qu’employeur, vous avez à cœur de lui faciliter la vie. 

Par exemple, RBC Banque Royale donne aux nouveaux arrivants des conseils sur le marché de l’emploi local et les aide à faire avancer leur carrière, et Friesens Corporation offre des possibilités de perfectionnement des compétences et de formation linguistique en cours d’emploi. Toutes deux ont été récompensées par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). KPMG Canada s’engage notamment en faveur de l’intégration des immigrantes. Quant à la Banque Scotia, elle forme ses gestionnaires à la flexibilité dans l’entrevue afin d’adapter l’exercice pour les étrangers qui n’auraient pas l’habitude des pratiques canadiennes.

Après le recrutement

Arriver à un nouveau poste représente un défi à relever, et c’est d’autant plus vrai pour ceux qui arrivent d’un autre pays : la culture et les valeurs peuvent être différentes, l’adaptation peut donc demander des efforts. Pensez à accompagner votre nouvelle recrue pendant ses premiers mois et désignez un mentor qui puisse répondre à ses questions et l’aider en cas d’obstacle.

Enfin, l’un des points les plus importants : formez et sensibilisez vos gestionnaires à la gestion d’une équipe interculturelle. La diversité est facteur de succès en entreprise… A condition que la compagnie sache tenir compte des différences et valoriser le point de vue de chacun !

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#