Épuisement professionnel : prochain cheval de bataille des employeurs

Une nouvelle étude menée par le Groupe CSA révèle que la création d’une norme nationale permettra de déployer davantage de mesures visant à réduire le stress et l’épuisement professionnel vécu par
plusieurs travailleurs.

À l’heure actuelle, les cas d’épuisement professionnel monteraient en flèche au pays. Les environnements et les conditions de travail d’aujourd’hui contribueraient notamment à cette augmentation de l’insatisfaction et du mal-être chez les employés canadiens. Le rapport de recherche du Groupe CSA, un organisme international voué à la sécurité et au bien commun, conclut cependant qu’il est encore difficile de mettre en place une solution uniforme qui permettrait aux employeurs d’améliorer ce problème grandissant dans divers milieux de travail. Depuis cette année, l’épuisement professionnel est pourtant reconnu par l’organisme comme étant un trouble médical réel.
 
Plusieurs secteurs touchés
Intitulé Workplace Fatigue : Current Landscape and Future Considerations, l’étude du Groupe CSA révèle que plusieurs domaines professionnels seraient plus particulièrement touchés par l’épuisement professionnel. On dénote notamment les industries ferroviaire, maritime, nucléaire et de l’aviation, mais aussi le secteur de la santé.

La recherche indique également que l’absence d’une définition claire de cet état ne permet pas d’évaluer spécifiquement l’effet de l’épuisement professionnel sur le rendement des nombreux travailleurs qui en souffre. Pourtant, il occasionne généralement de graves conséquences. Les heures supplémentaires et les horaires changeants vécus par le personnel médical peuvent contribuer à générer stress, anxiété et fatigue. Étant très exigeant, le travail des ambulanciers occasionne bien souvent de l’épuisement physique et émotionnel, mettant ainsi en danger leur santé et leur sécurité.  

L’importance d’implanter des normes
Pour remédier à cette problématique, l’Association des paramédics du Canada s’est donc associée au Groupe CSA afin de mettre sur pied une formule nationale de gestion du risque réservée à l’épuisement  professionnel des premiers répondants. Pierre Poirier, directeur de l’Association des paramédics du Canada, se réjouit de la création de cette norme de gestion liée à la fatigue des premiers répondants, une initiative qui contribuera, selon lui, « à réduire l’exposition des ambulanciers aux dangers qui y sont liés, en plus de protéger ces derniers et les personnes qu’ils servent au quotidien ».

Pour Mary Cianchetti, présidente, Normes au Groupe CSA, « les normes qui s’attaquent au problème de l’épuisement professionnel auront un effet positif réel sur le bien-être des travailleurs du pays », comblant ainsi le vide laissé par les lois actuelles.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#