Harcèlement au travail : faut-il les dénoncer ?

Vous êtes victime de harcèlement psychologique ou sexuel au travail et vous hésitez à dénoncer de peur de vous aliéner vos collègues ? Ou vous craignez que cela ne suffise pas à stopper le harcèlement ? Voici une petite marche à suivre pour affronter ces situations.

Peut-être croyez-vous qu’il n’est pas légitime d’agir contre la personne fautive, ou qu’une dénonciation formelle serait superflue, ou encore qu’une simple menace de dénoncer suffira ? Sachez qu’au Québec et au Canada, les entreprises sont tenues d’offrir à leurs équipes un environnement de travail sécuritaire et d’élaborer une politique de prévention du harcèlement et de la violence au travail. Le harcèlement au travail est proscrit en vertu de la Loi sur les normes du travail et du Code canadien du travail.

Le harcèlement, c’est-à-dire toute tentative de dégrader, d’humilier, d’embarrasser ou de miner les performances d’autrui, doit être pris au sérieux dans tous les milieux de travail. Votre dénonciation est donc légitime. Prenez néanmoins le temps de vous demander s’il s’agit bel et bien de harcèlement – ce document du gouvernement canadien peut vous aider à y voir clair.

 

Trouver les bonnes ressources

Même s’il existe des techniques psychologiques pour dissuader par vous-même la personne qui vous agresse — comme vous montrer insensible à ses manipulations et lui parler de manière sereine et rationnelle — il faudra peut-être aller plus loin.

Prenez rendez-vous avec la direction, ou, dans les cas où celle-ci serait la source du harcèlement, parlez à la personne désignée aux ressources humaines, ou à toute autre personne-ressource mise à disposition par votre employeur. Si votre emploi est syndiqué, vous pouvez vous adresser à votre représentant syndical. Présentez votre cas, idéalement en l’ayant documenté avec des preuves écrites ou des témoignages, et exigez que des actions soient entreprises pour enrayer ces comportements.

 

Passer à un niveau supérieur

Si rien ne change, vous avez le droit de porter votre dénonciation en plus haut lieu, par exemple en déposant une plainte écrite à la Commission des normes du travail (au Québec). La plainte peut être déposée en ligne, par téléphone ou par courrier postal. La Commission fera enquête et, s’il y a lieu, prendra des mesures contre votre employeur.

Dans le reste du Canada, votre plainte peut être déposée à la Commission des droits de la personne. Dans d’autres cas, si les gestes posés sont de nature criminelle, vous choisirez peut-être de porter plainte directement à la police.

Le processus peut être douloureux, mais il est toujours légitime.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#