Les employés veulent gagner plus…

Le tiers des travailleurs canadiens envisagent de chercher un nouvel emploi au cours des prochains mois, et la moitié d’entre eux cherchent un meilleur salaire, révèle une étude réalisée par le cabinet mondial de dotation en personnel Robert Half.

Des employés en poste depuis plusieurs mois, qui ne détestent pas leur travail, qui ne sont pas surmenés, mais qui aspirent pourtant à mieux. Le marché de l’emploi est favorable, ils savent que leur CV se démarque, et ils se disent qu’ils seraient probablement plus épanouis dans une autre entreprise… De tels employés sont nombreux.

« Planifiez-vous chercher un nouvel emploi dans les 12 prochains mois ? » C’est la question, claire et directe, qu’a posée Robert Half à 400 employés canadiens lors d’un sondage en ligne. Leurs réponses, affirmatives à 33 %, confirment une tendance connue : la rétention des employés est l’un des plus grands défis pour les gestionnaires d’aujourd’hui. Une situation à ne pas prendre à la légère. Plus que jamais, les employeurs doivent multiplier les mesures pour fidéliser leurs équipes et les garder à bord.

Les gestionnaires le savent et s’en montrent très inquiets. Dans un sondage distinct, ils ont répondu à 52 % être « relativement préoccupés » et à 28 % être « très préoccupés » par la capacité de leur entreprise à retenir les employés de grande valeur ». Seulement 20 % disent n’être « pas du tout préoccupés ».

L’argent est toujours le nerf de la guerre
Le coût de la vie augmente chaque année au Canada. Sans surprise, les employés rêvent surtout d’un plus grand pouvoir d’achat ou d’une meilleure autonomie financière. Selon ce sondage Robert Half, rien ne

peut satisfaire davantage l’employé qu’une augmentation de salaire. Inutile, donc, pour les gestionnaires, de concentrer tous leurs efforts dans les activités de team building, dans la conception d’aires de travail au style zen et ludique, ou dans une réorganisation créative des tâches. 51 % des employés veulent « plus d’argent », tout simplement.

18 % des répondants se laisseraient convaincre de conserver leur emploi actuel si on leur offrait une promotion, et les autres aimeraient plus de congés et d’avantages sociaux, ou carrément un nouveau patron.

Les patrons doivent tenter d’offrir à leurs employés un équilibre entre le salaire et les avantages sociaux, selon David King, président de district principal pour Robert Half. « Alors qu’une rémunération concurrentielle demeure essentielle, il existe une variété d’offres que les entreprises peuvent proposer pour garder les employés heureux, comme des occasions de perfectionnement professionnel et des jours de vacances supplémentaires. Au bout du compte, les professionnels ne s’éloigneront pas des entreprises qui déploieront des efforts pour encourager leur croissance professionnelle et soutenir activement leur bien-être. »

À lire aussi: la réduction de l’écart salarial entre les hommes et les femmes au Canada

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#