Les DRH à l’heure du nomadisme ?

Réunions, télétravail, rendez-vous extérieurs… les salariés passent de moins en moins de temps à leur poste. Le nomadisme professionnel est ainsi devenu un mode de travail reconnu par les entreprises sans pour autant être encadré par les ressources humaines. Une lacune qu’il est impératif de combler.

 

Ce phénomène de la mobilité professionnelle est bien ancré dans les entreprises. Il concerne aujourd’hui près d’un milliard de personnes dans le monde et se décline sous deux formes. Il peut tout d’abord être intra-entreprise lorsque le salarié est hors poste, en réunion, en visioconférence ou qu’il ne dispose pas d’un bureau fixe (desk-sharing). Les entreprises sont ainsi de plus en plus nombreuses à ne plus attribuer de place dédiée à une personne, et à préférer lui proposer de s’installer où il le souhaite. Autre forme de mobilité professionnelle, le nomadisme externe touche actuellement plusieurs millions d’employés et de cadres. En France, par exemple, 47% des salariés travaillent au minimum une fois par semaine à distance, d’après l’étude commanditée par Mobilitis et Green Working fin 2014.

 

Former les managers

 

Développé de manière empirique sans que les DRH y soient associés, le nomadisme définit en outre un nouveau rapport au travail et une évolution dans les pratiques managériales au sein des organisations. Il permet ainsi la responsabilisation des collaborateurs tout en leur offrant une grande liberté, le travail coopératif et le management par objectifs. De ce fait, il est essentiel que les ressources humaines s’associent à sa mise en œuvre pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Selon une étude intitulée « Observatoire des RH et de la e-tranformation » menée par Arctus l’an dernier, 90% des DRH estiment nécessaire de transformer le mode de management dans les entreprises afin de mettre en place le travail à distance. Les managers doivent donc apprendre, par le biais de formations, à gérer ces collaborateurs mobiles. Pour garder la cohésion des équipes, certaines entreprises n’hésitent pas à imposer à leurs travailleurs mobiles, une réunion hebdomadaire en présentiel.

 

Bonnes pratiques numériques

 

Les DRH doivent donc accompagner la pratique du nomadisme professionnel. Cela peut ainsi passer par une collaboration avec les services informatiques, dans la mise en place d’une charte des bonnes pratiques des outils numériques dédiés. D’autre part, il est essentiel que les ressources humaines veillent à ce que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée de leurs salariés, soit maintenu afin que cette nouvelle pratique bénéficie tant aux organisations qu’aux employés.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#