40% des employés dans le monde s’impliquent dans leur travail

Seuls quatre employés sur dix sont engagés dans leur travail. Des progrès restent donc à faire tant du côté des salariés que des entreprises. C’est ce qui ressort du sondage sur les attitudes et préoccupations des travailleurs dans le monde réalisé par Towers Watson.

L’étude réalisée auprès de 32 000 employés à plein temps dans de grandes ou moyennes entreprises de 26 pays dont le Canada, met en lumière leurs préoccupations et leurs leviers de motivation. Le rapport fait également état des défis en matière de fidélisation des équipes et d’attraction auxquels les employeurs doivent faire face. Il apparaît ainsi que seuls 46% des salariés jugent leur entreprise efficace pour recruter de nouveaux talents, tandis que 42% l’estiment compétente dans la rétention de profils qualifiés.

La rémunération joue dès lors un rôle déterminant. Elle est la motivation la plus souvent invoquée parmi les raisons qui poussent les salariés à rejoindre ou à quitter une société. Pour 41% d’entre eux, la sécurité de l’emploi est même le motif essentiel qui les enjoint à intégrer une entreprise. Les congés payés, les possibilités de progression de carrière et l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, sont également des facteurs-clé de leur motivation.

Autre enseignement du sondage : 70% des employés attendent que leur employeur prennent en compte leurs besoins. Pour autant, seuls 43% voient leur entreprise effectuer cette démarche. Cet état de fait pèse nécessairement sur l’engagement des salariés vis à vis de leur employeur. Seules quatre personnes sur dix ont une implication forte, 24% se disent engagées, 17%, détachées alors que 19% ne se sentent pas du tout soutenues. Il ressort que 60% des employés ne disposent pas des éléments essentiels pour faire preuve d’un engagement élevé.

30% des employés peu soutenus

L’étude démontre aussi que les gestionnaires ont un rôle important à jouer. Dans les organisations où ils sont perçus comme efficients, les employés sont 72% à être très engagés. En revanche, ils ne sont que 48% à trouver que leur direction mène un leadership percutant. En outre, 55% d’entre eux se disent inspirés et motivés par leurs leaders.

Par ailleurs, 30% des salariés font état d’un défaut de soutien de la part de leur manager, tels que le manque de reconnaissance du superviseur ou des promesses non tenues. Cette situation génère un stress professionnel important. Pour 57% des sondés, l’efficacité des gestionnaires passe donc par une cohérence entre leurs paroles et leurs actes. Pour 54% il s’agit de la faculté du superviseur à les aider à passer les obstacles. Ils sont tout autant à mentionner le respect envers les employés. Enfin, 70% indiquent la capacité à communiquer clairement les objectifs et l’attribution des tâches.

Pour corriger le tir et accroître la motivation de leurs salariés, les employeurs ont donc intérêt à investir dans la formation de leurs leaders. Ces derniers doivent être capables de motiver leurs équipes, être dignes de confiance, et les aider à atteindre leurs objectifs.
 

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#