40% des programmes RH ne répondent pas aux besoins de l’entreprise

Les nouvelles technologies transforment notre manière de travailler et bousculent les principes traditionnels de la gestion des talents. Confrontées à cette nouvelle réalité, les entreprises doivent transformer leur service RH. Cest lun des constats dressé par l’étude Tendances relatives au capital humain en 2015 réalisée par le cabinet-conseil Deloitte.

 

L’étude de Deloitte se fonde sur les réponses de 118 dirigeants canadiens apportées dans le cadre d’un rapport mondial qui a interrogé plus 3 300 chefs d’entreprises et managers RH issus de 106 pays. Elle se concentre sur les problématiques auxquelles les entreprises canadiennes sont aujourd’hui confrontées en matière de ressources humaines et des défis qu’elles doivent relever si elles souhaitent rester compétitives.

 

La culture dentreprise : un enjeu-clé

En tête de ces défis on retrouve comme l’an dernier le leadership : il demeure très important pour 90 % des dirigeants interrogés. Toutefois, 44 % des entreprises seulement ont les moyens nécessaires pour relever le défi qu’il constitue. La culture et l’engagement sont en 2ème place du classement, faisant un bond par rapport à 2014. Si ces deux valeurs sont citées comme primordiales par 86 % des répondants, seuls 33 % d’entre eux estiment que leur organisation est bien outillée pour l’assurer.

Les sociétés prennent aujourd’hui conscience de l’enjeu capital que représente la culture d’entreprise puisqu’elle a un impact mesurable sur leur rendement. Toutefois, elles peinent à former les dirigeants dans un environnement de travail mêlant baby-boomers et générations X et Y. Il leur est difficile de créer un modèle de leadership et une culture mobilisatrice pour cette nouvelle main-d’œuvre. 58 % des sondés affirment en effet que leur entreprise offre des programmes de leadership au moins adéquats pour les dirigeants des nouvelles générations et des échelons plus élevés. En outre, 76 % d’entre eux estiment qu’elle ne propose aucun programme de leadership adapté aux besoins de la génération Y.

La formation et le perfectionnement ainsi que les compétences de la main-d’œuvre sont respectivement les 3ème et 5ème challenges évoqués par les dirigeants canadiens. 85 % d’entre eux croient leur organisation relativement prête à faire face aux difficultés entourant les compétences de leurs salariés. Quatre répondants sur cinq estiment que leur entreprise a une compréhension adéquate de ses lacunes actuelles en la matière, tandis que 35 % des entreprises canadiennes indiquent avoir une faible compréhension des compétences futures dont elles auront besoin.

 

Une refonte nécessaire des RH

L’étude souligne également la nécessité pour les ressources humaines, de se réinventer et de transformer en profondeur les services qu’elles fournissent et leur mode de fonctionnement. Pour preuve, 81 % des répondants canadiens jugent la refonte des RH importante ou très importante ; 77 % d’entre eux pensent leur entreprise assez prête à faire face à cette question. Ce besoin de changement est crucial puisqu’ils ne sont que 7 % à qualifier d’excellent le rendement de leur équipe RH ; pire, près d’un tiers constatent qu’il est inadéquat. Enfin, près de 40 % dévoilent que leur département RH ne parvient pas à proposer des programmes appropriés aux besoins de l’entreprise.

La mutation des services RH est non seulement nécessaire mais urgente. Elle doit commencer par l’identification de leurs nouvelles responsabilités. A savoir : la découverte des talents qui pourront faire progresser et prospérer l’entreprise. Dès lors, les RH pourront se défaire de responsabilités annexes à l’instar de nombreuses activités transactionnelles qu’elles assument depuis toujours. Cette transformation d’envergure nécessitera des investissements considérables, que 62 % des répondants canadiens sont prêts à augmenter au cours des prochaines années.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#