82% des hommes canadiens souhaitent créer leur entreprise

82% des hommes canadiens souhaitent créer leur entreprise
 
Envie d’être aux commandes et d’exploiter ses compétences, idées en passe d’être concrétisées ou simple fantasme d’un jour… Une seule certitude : qu’ils passent ou non à l’acte, les Canadiens sont nombreux à partager l’envie d’entreprendre. Un dynamisme qui fait du bien à l’économie du pays.
 
Entreprenants, les Canadiens ? Une étude publiée par la BMO Banque de Montréal semble le démontrer très clairement : plus de 82% des hommes sondés se disent en effet prêts à saisir l’opportunité de devenir leur propre patron.
 
La clef du succès, ou l’élément déclencheur permettant de transformer cette envie en réalité ? La rencontre avec un mentor ayant déjà concrétisé le souhait d’entreprendre, et montrant, au travers de leur parcours, le chemin des possibles de la réussite. Pour plus de huit hommes sur dix, parmi les 1 523 personnes interrogées pour les besoins de l’enquête, la figure du modèle, entrepreneur accompli et à la tête d’une entreprise florissante, constitue en effet un élément potentiellement déclencheur.
 
Une bonne nouvelle pour l’économie
 
Si les bonnes rencontres font parfois défaut, et si le souhait et l’envie ne suffisent pas toujours à se lancer dans la création de sa propre entreprise, de nombreux canadiens passent malgré tout à l’acte. Une bonne nouvelle pour l’économie du pays : les petites et nouvelles entreprises constituent chaque année un tiers du PIB national. Mieux : les plus récentes, pleines d’allant et de dynamisme, s’affichent le plus souvent parmi les entreprises canadiennes les plus productives. Sources d’innovations, ces jeunes entreprises catalysent les progressions sociales et sociétales, encouragent les nouvelles initiatives commerciales et industrielles, et proposent des modèles de progrès en matière de développement, de fonctionnement, ou encore de services.
 
Entrepreneuriat dans tous les secteurs
 
Secteurs les plus plébiscités par les répondants, l’alimentation et l’hôtellerie s’attirent quelques 14% des suffrages. Suivent les domaines de l’art, du divertissement et des spectacles, pour plus de 12% des entrepreneurs en herbe, tous sexes confondus. Viennent ensuite le commerce de détail et les services, pour plus de 10% des sondés ;  les affaires, pour 9% des interrogés ; puis les filières du social et de la santé, pour quelques 8% des candidats à la création d’entreprise.
 
Des différences se dessinent aussi selon les provinces : si les ressortissants des provinces de l’Atlantique et de l’Ontario semblent privilégier, respectivement à hauteur de 15% et 11%, le commerce de détail et les entreprises de services, les Québécois fondent eux massivement, comme le confirme les 18% de réponses positives, leur désir d’entreprendre sur le secteur de la restauration et de l’hôtellerie.
 
Reste à savoir si les données recueillies aujourd’hui par l’étude BMO Banque de Montréal trouveront, dans le futur, une (heureuse) concrétisation.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#