Les finances, 1ère préoccupation des Canadiens non-retraités

À l'aube de la retraite, les travailleurs de plus de 45 ans sont majoritaires à vouloir quitter leur travail. Cependant, l'aspect financier vient freiner leurs projets malgré la vision optimiste qu'ils ont de leur future retraite. C'est ce que révèle une récente étude réalisée par HSBC dans 17 pays et territoires dont le Canada.

74% des travailleurs canadiens âgés de plus de 45 ans aimeraient prendre leur retraite au cours des cinq prochaines années. Mais 45% d'entre eux estiment ne pas en être capables pour des raisons financières. Le manque d'épargne, des dettes importantes ou encore la nécessité de subvenir aux besoins de personnes à charge les freinent pour prendre la retraite dont ils rêvent. La situation s'avère plus compliquée pour les femmes puisque 98% des non-retraitées se trouvent dans l'une de ces situations contre 88% des hommes. Plus globalement, parmi les non-retraités, 93% déclarent avoir des difficultés financières.

Des motivations diverses

Le départ en retraite est majoritairement envisagé pour des raisons positives : avoir la liberté de voyager ou réaliser d'autres projets (59%), passer plus de temps avec les siens (36%), accompagner un conjoint déjà en retraite (24%), poursuivre une autre carrière ou faire du bénévolat (18%). La retraite est également perçue comme une manière d'échapper à la routine du travail (35%) et à l'effet négatif du travail sur la santé mentale et physique (25%).

Les non-retraités ont par ailleurs de nombreuses attentes par rapport à leur retraite. Ils s'attendent à ce que leurs relations avec leur entourage, leur vie sociale et leur niveau de vie s'améliorent.

Côté santé, les non-retraités se considèrent en moins bonne santé que les retraités compte tenu de leur âge, à savoir 43% contre 55%. L'expérience des aînés porte en effet à croire que la retraite est une véritable cure de jouvence et permet d'adopter un mode de vie plus sain.

Les départs en retraite, générateurs d'emplois qualifiés

D'après le Système de projection des professions du Canada (SPPC), les départs en retraite représentent la source la plus importante de demandes de remplacement entre 2011 et 2020. Deux-tiers des candidats à la retraite laisseraient derrière eux, sur cette période, des professions hautement qualifiées et des emplois liés à la gestion. Les dix professions qui enregistreraient le plus d'offres sont : les opérateurs de machinerie (textile, fourrure et cuir) ; les directeurs de services de protection ; les rembourreurs, tailleurs, cordonniers (etc.) ; les secrétaires, rédacteurs et transcripteurs ; les législateurs et cadres supérieurs ; les directeurs des services (santé, éducation, sociaux et communautaires) ; les gestionnaires de la fonction publique ; les surveillants et chauffeurs pour transport ferroviaire et routier ; les surveillants d'assemblage et de fabrication ; et les personnels techniques (libraires, archivistes, etc.)

 

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#