Oser négocier, ça rapporte!

Envie de changer de boulot? Avant d’accepter un nouvel emploi, peaufinez votre stratégie de négociation. C’est le bon moment d’oser négocier : pour une rare fois dans l’histoire, les travailleurs et travailleuses ont le gros bout du bâton en raison de la pénurie de personnel généralisée. Voici donc quelques pistes pour retirer le maximum d’avantages d’une négociation.

 

  1. Faites vos recherches

Que valent votre formation et votre expérience sur le marché du travail? Combien vos consœurs et confrères travaillant pour d’autres organisations gagnent-elles? Quelles sont les statistiques de rémunération dans votre métier et votre secteur? Vous pouvez dénicher ces renseignements sur les sites de Statistique Canada et d’Emploi-Québec, par exemple. En ayant tous ces renseignements et quelques exemples concrets en main, vous pourrez enrichir la discussion et baser vos demandes sur des arguments solides.

  1. Apprenez à connaître la partie adverse

Pourquoi cet employeur a-t-il besoin de vous? Quelles sont les valeurs de l’entreprise? Vous pouvez répondre à ces questions en analysant la description du poste. Vous devriez aussi lire les commentaires d’anciens et anciennes membres de l’équipe sur les médias sociaux ou, mieux, parler avec des personnes travaillant pour l’organisation. Plus vous en savez, mieux vous pourrez vous positionner pour démontrer que vous valez bien ce que vous demandez.

  1. Usez d’imagination

Il n’y a pas que le salaire et les avantages sociaux qui comptent. Avoir du plaisir au travail et améliorer votre qualité de vie est tout aussi essentiel. À considérer parmi les aspects qui peuvent faire l’objet d’une négociation : l’horaire de travail, la possibilité de télétravailler, les appareils électroniques qui vous seront fournis, les allocations de perfectionnement professionnel, le remboursement (en partie ou en totalité) de votre facture de téléphone cellulaire de même que les congés rémunérés additionnels, entre autres. Certaines demandes que l’on n’aurait pas imaginé formuler il y a dix ans sont maintenant monnaie courante. C’est le cas du télétravail, devenu très prisé depuis le début de la pandémie de COVID-19. D’ailleurs, de récents sondages montrent que plus de la moitié des salariés et salariées souhaitent travailler au moins trois journées par semaine à la maison.

  1. Demandez l’aide d’un ou d’une spécialiste

Timide? Pas l’habitude de négocier? Faites appel à un coach de carrière, qui pourra vous conseiller sur les bonnes pratiques à adopter. Bien au fait des tendances et des nouveautés du marché de l’emploi, cette personne vous aidera à déterminer votre valeur, à avoir davantage confiance en vous et à oser sortir de votre zone de confort.

  1. Déterminez un plan B avant de négocier

On négocie toujours mieux quand on dispose d’une porte de sortie. C’est du moins ce que croit Victoria H. Medvec, autrice du livre Negociate Without Fear. Le plan B, ou BATNA (Best Alternative to a Negociated Agreement), est votre arme secrète. Assurez-vous donc de savoir ce que vous ferez en cas d’échec des négociations. Avez-vous une autre offre sur la table? Pouvez-vous conserver votre poste actuel? Plus ce plan B est solide et crédible, plus votre pouvoir de négociation est grand. À vous de jouer!

 

 

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#