L’art de recruter des « créatifs »

Les «créatifs» sont souvent la pierre angulaire des entreprises, notamment dans les domaines du marketing ou du jeu vidéo. Comment attirer, recruter et retenir ces «talents» tellement en demande? On en parle avec Pierre-Luc Labbée, recruteur chez Framestore à Montréal.

Concepteurs de jeux, artistes 3D, designers graphiques, directeurs artistiques, stratèges publicitaires: les entreprises spécialisées en production ou en publicité s’arrachent les talents de ces créatifs. Comment les attirer, les recruter et les retenir? Pierre-Luc Labbée, chef du recrutement depuis dix ans au studio visuel Framestore, nous fait part de ses conseils.

En premier lieu, c’est le pouvoir d’attraction propre à un projet qui sera souvent le facteur décisif de recrutement, selon lui.

«La passion est importante pour eux et c’est pour cela que plusieurs entreprises ont un défi de rétention, dit Pierre-Luc Labbée. C’est une main-d’œuvre qui est à l’affût du prochain grand projet: la prochaine superproduction, le prochain gros jeu vidéo, la prochaine console, la prochaine grande campagne de publicité qui va gagner des prix à Cannes. C’est une main-d’œuvre qui est très à l’affût de ce qui se passe sur le marché et qui veut s’engager dans ces projets-là.»

Pour les attirer, l’entreprise doit donc les séduire en faisant connaître sa marque employeur et en moussant ses projets intéressants à venir par tous les canaux de communication possibles: réseaux sociaux, blogues, articles, stratégie de contenu web, YouTube, Instagram.

«Ce qui est assez complexe, avec les créatifs, c’est que ce sont des gens qui travaillent pour un portfolio. Ils sont mobiles en fonction des projets qui les attirent, que ce soit en jeu vidéo, en cinéma ou en publicité. Ce sont des gens qui vont s’attacher à un produit créatif qui leur ressemble ou qui ressemble au style dans lequel ils veulent travailler. Certains seront attirés par le style d’un projet, d’autres par son envergure ou par son rayonnement. Ils doivent être inspirés par leur travail et veulent pousser leur art à un niveau supérieur.»

Selon Pierre-Luc Labbée, l'entreprise doit donc faire valoir non seulement les conditions de travail offertes et la qualité de l'environnement de travail, mais aussi les projets susceptibles de les attirer ainsi que les possibilités d’apprendre et d’évoluer en tant que créateur au sein de l’organisation.

«C’est un domaine très compétitif, donc on doit être très imaginatif, en tant qu’employeur, pour attirer ces gens-là. Il faut investir dans la culture d’entreprise, les espaces de travail ergonomiques et stimulants, les activités de développement et la formation continue. En entrevue, on tombe rapidement sur le sujet: les candidats veulent savoir comment ils vont pouvoir progresser et évoluer dans l’organisation. Il faut donc être très proactif dans la gestion des carrières.»

Pour le recrutement des créatifs, les anciennes méthodes sont insuffisantes. On ne peut pas se contenter d’afficher un poste et d’attendre que les CV arrivent.

«Il ne faut pas hésiter à les approcher directement un par un, dit Pierre-Luc Labbée. On parle de recrutement très personnalisé s’approchant davantage de la chasse de tête, en passant notamment par LinkedIn et en développant une stratégie de contenu pour les attirer. Je passe la majorité de mon temps sur les médias sociaux à essayer d’entrer en conversation avec les candidats.»

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#